"Reflets d'écoutes"

Promenade à  l'écoute de la Bièvre

et de ceux qui l'habitent

Le cadre :

«Reflets d’Écoutes» est une marche sonore contextuelle commanditée par « Des Ricochets sur les Pavés » (opérateur culturel en Val de Bièvre) au sein de leur saison culturelle  Bièvre*ImaginaireS. Fondée par des acteurs du territoire de la vallée de Bièvre mus par l’envie d’explorer et valoriser ses paysages, Bièvre*ImaginaireS propose des projets sensibles et contextuels. Il s’agit de faire se rencontrer les équipes artistiques et la rivière, la nature en ville, le patrimoine matériel et immatériel, et les acteurs qui vivent et font vivre le territoire.

En co-production avec la Ville de Massy (91) et le SIAVB, Des Ricochets sur les Pavés a invité l’artiste Stéphane Marin (Espaces Sonores) et la plasticienne Sara Donati à concevoir un parcours artistique pour célébrer la réouverture d’un nouveau tronçon de Bièvre à Massy.

Le parcours sonore donne à voir et à entendre l’environnement de la rivière à travers les sons de la nature, les bruits du quartier alentours et les témoignages de personnes reliées à la rivière : riverains, techniciens, acteurs de l’eau et autres personnes ressources. Mais aussi en mettant en jeu, en perspective et en contraste, l’urbanisation minérale et verticale des barres d’immeubles du quartier Emile Zola.  

 

Élément structurant du quartier Villaine, la Bièvre renaturée de Massy coule à proximité de plusieurs centres d’intérêts hétéroclites : de grands ensembles immobiliers, un kiosque à musique, de nouvelles résidences en lieu et place de l’ancienne gendarmerie et des maisons individuelles situées à proximité. Autant de points de vue (et de points d’ouïe…) à partir desquels il sera proposé d’écouter – sensiblement – la Bièvre.

La réalisation d’une carte « revisitée » du quartier permet également de guider le public dans son parcours et symbolise, par le dessin, les axes forts de la proposition sonore. Cette carte est remise à chaque participant et permet de garder une trace matérielle et poétique de la balade sonore.

Le dispositif : la résidence de territoire (retour d'expérience)


Depuis mars 2017, avant la restitution de la journée de réouverture (mai 2018), les deux artistes ont partagé des temps de résidence ainsi que des ateliers de pratique avec les structures présentes dans les quartiers. En effet, après plusieurs repérages in situ (dès l'hiver 2016), des rencontres, des séances d’enregistrements (field recording et témoignages), des ateliers et des séances d’écoutes ont été organisés sur une durée d'un peu plus d’un an, en lien avec les habitants et les associations du quartier Villaine de Massy.

À cette occasion, nous avons pu rencontrer aussi bien des professionnels de l’environnement, de la gestion de la rivière, des paysagistes, des historiens, que des usagers de tout types : habitants du quartier ou non, de tous les âges et représentant différents groupes sociaux culturels. J’ai eu pour ma part l’occasion de les enregistrer lors d’entretiens privé en intérieur ou bien par le biais de micros trottoirs sur site.

 

 

Je logeais la plupart du  temps dans un appartement de la résidence pour personnes âgées « Les Pervenches » où je prenais aussi tous mes déjeuner. Cette situation m’a offert un double ancrage dans le territoire :


-une base de travail et de « repli » en plein coeur du quartier (ce qui est très commode quand vous faîtes des prises de son la nuit ou à l’aube…) rendant l'immersion beaucoup plus efficiente qu'en retournant dans une chambre d'hôtel délocalisée,

et

-un lieu de rencontre et de partage où j’ai pu aussi bien bénéficier de témoignages précieux au sujet du passé et du devenir du quartier et de la Bièvre, tout autant que d’un premier auditoire pour la maquette des propositions sonores du parcours que j’ai diffusé en avant première pour eux.

 

J’ai pu aussi animer à cette occasion l'atelier d’écoute "L'Oreille tendre" qui fût partagé avec des enfants (de 3 à 8 ans) des centres sociaux et des associations du quartier (centre social Bièvre-Poterne, centre de proximité Thomas Mazarik, l’APMV et l’AFAAM) sur des temps périscolaires. Il faut noter que j’ai profité de ces ateliers pour réaliser quelques enregistrements in situ avec les participants dont je me suis servi par la suite dans la création.

Enfin, une présentation du projet lié à deux séances d’écoutes (l’une commentée dans l’auditorium, et une autre sous forme de siestes sonores en libre service dans les couloirs de la médiathèque) a eu lieu à l’occasion des Journées du Patrimoine à la Médiathèque Hélène Oudoux, partenaire au long court du projet.

 

Il est notable de souligner que le public était fortement constitué ce jour ci de personnes qui avaient soit été interviewés, soit qui avaient participé aux différents ateliers. Cela démontre la pertinence de tels projets de territoire où cette relation si particulière tissée avec chacun lors des temps de rencontre est ensuite moteur d’une « fidélisation » du public devenu spect_acteur du projet.  

 

Restitution finale :

"Refletsd'écouteS" a étécréé le19/05/18, le jour de la réouverture du tronçon de Bièvre, et de la cérémonie officielle qui y était liée. Outre ces ballades sonores guidées (de 45 minutes par petits groupes de 15 personnes), nous avons proposé en plus une sieste sonore de 15 minutes à écouter confortablement installé sur des transats.
 

 


Pérennisation :

Le parcours continue à être expérimenté in situ depuis mai 2018.
En effet, 5 dispositifs d’écoutes (casques et lecteurs audio) et des cartes sont gratuitement mis à disposition du public à la Médiathèque Hélène Oudoux.

 

Enfin, la ballade est téléchargeable via l'application "Echoes xyz" sur smartphone et permet à chacun une écoute solitaire des pastilles sonores géolocalisées in situ lors de la marche.  


 

 

©rédits photos : Marie-Fanny Fornasari / Stéphane Marin

© 2012-2019 I Espaces Sonores I Stéphane MARIN